Depuis 2012, l’ong Edden, à travers son site d’exploitation agricole de Makabandi­lou, accueille chaque année, des étudiants de l’ENSAF (Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie) en stage, en vue de leur permettre d’établir un lien entre les enseignements théoriques reçus à l’école et la réalité du monde agricole.

Depuis 2012, l’ong Edden, à travers son site d’exploitation agricole de Makabandi­lou, accueille chaque année, des étudiants de l’ENSAF (Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie) en stage, en vue de leur permettre d’établir un lien entre les enseignements théoriques reçus à l’école et la réalité du monde agricole.formation étudiant ensaf

« Ce stage est une occasion pour moi de m’imprégner du mi­lieu agricole, de réaliser une étude comparative entre la tomate ninja F1 et la tomate cobra F1 et de ré­diger un rapport de stage que je devrais présenter et soutenir de­vant un jury de l’ENSAF dans le cadre de ma formation en vue d’obtenir ma licence en Sciences Agronomiques Foresterie et En­vironnement » a déclaré made­moiselle Mandename Cheraline, ce vendredi 26 juin 2015 à son arrivée à Makabandilou, où elle a été accueillie par les membres de l’ong Edden.

Ce stage de quatre mois sera supervisé par Monsieur Mpoué Crépin, ingénieur agronome et chef de projet Edden, assisté de tous ses collaborateurs. La sta­giaire pourra compter sur la col­laboration et la disponibilité de tous, afin de mieux appréhen­der certains aspects techniques du métier. En effet, l’entraide et la transmission du savoir re­flètent les valeurs profondes de l’ong Edden.

Satisfaite de cet accueil, Mandename Cheraline espère pouvoir réaliser son stage dans des conditions idéales : « J’ai l’occasion d’apprendre de nou­velles choses, de comparer deux variétés de tomates afin de choisir la plus rentable et performante » a précisé Mandename Cheraline. « Ce site agricole est vraiment un lieu idéal pour quelqu’un qui souhaite apprendre. Je pourrai également découvrir les contrain­tes et les pratiques spécifiques à l’agriculture bio » a-t-elle ajouté.